Préface

L'idée de ce livre m'est venue à l'esprit pour la première fois le jour où je me suis rendu compte de la ressemblance qui existe entre les styles de l’Iliade et de l’Odyssée, des fragments du Cycle et des plus anciens Hymnes homériques. L'explication que je donne de cette ressemblance coïncide avec celle que l'on admet généralement, mais elle a ceci de particulier, qu'elle suit une méthode définie. Il ne nous suffit pas de savoir que le style d'Homère est plus ou moins traditionnel, il faut savoir encore quels mots, quelles expressions le sont. La méthode d'analyse que je propose nous fournit, je crois, cette connaissance précise et substantielle. En m'en servant 'ai fait, dans la mesure où l’ Iliade et l’Odyssée nous en fournissent les matériaux, l’ana lyse d'une certaine partie de la diction: les formules qui renfer ment des épithètes. Puis, prenant les données de cette analyse, j'ai tâché de montrer leur importance pour la compréhension de la pensée d'Homère. Enfin j'ai étudié leur rapport avec le problème de la composition de l’Iliade et de l’Odyssée.
Je ne mets pas de bibliographie en tête de ce volume: elle ne ferait que résumer les titres que j'ai eu l'occasion de citer, à leur place, au cours de la recherche. En dehors de deux études de Heinrich Düntzer (voir p. 154) je ne connais aucun livre où soit étudiée, d'une manière approfondie, la technique de l'emploi de l'épithète fixe. Je dois cependant signaler l’Introduction à l'Odyssée de M. Victor Bérard (Paris, 1924). Ce sont principalement les bibliographies de cet ouvrage qui m'ont amené à la découverte de mon matériel et qui m'ont aidé à préciser le cadre de mon sujet. [vii]
En terminant ce livre, je comprends à quel point les conseils et l'exemple dos maîtres qui m'ont guidé ont influencé mon travail. Que MM. Maurice Croiset, Antoine Meillet et Aimé Puech veuillent bien trouver ici l'expression respectueuse de ma reconnaissance.
M. P. [viii]
A mon père